Cazal Anne : « Joseph Hattab-Pacha Prince de la Casbah »

Un ouvrage de “piété amicale” d’une lutteuse de la mémoire, attachée à défendre l’œuvre de la France en Algérie, auteur en particulier du “Ravin rouge”, que beaucoup d’entre nous ont lu.

Mme Cazal présente non toute la vie, mais l’action de Joseph Hattab-Pacha, dernier descendant du dernier régent turc d’Alger, catholique et patriote : celui-ci, malgré une grave blessure lors d’un attentat qui faillit le tuer et le laissa handicapé, défendit l’Algérie française comme maire de la deuxième circonscription d’Alger ( la Casbah ) et à d’autres places, avec conviction et amour de l’Algérie comme de la France; puis une fois l’Algérie livrée à elle-même, il ne renonça pas à en défendre la mémoire.

De cet homme admirable, la deuxième et plus longue partie du livre, offre des textes qu’on ne peut lire sans émotion qu’il s’agisse de l’analyse du caractère de De Gaulle, de l’aveuglement des Français de métropole refusant de croire que des musulmans aient pu défendre l’Algérie française et mourir pour elle, de son amour pour la France … Le travail du Comité Veritas, dont la devise « vitam impendere vero » dit l’ambition, se poursuit malgré la disparition en 2009 de celui qui fut avec Anne Cazal l’un de ses fondateurs.

Site : http://www.comite-veritas.com

Ed. sans nom ni date ( Dépôt légal 2010 ).

Susini Micheline : « De soleil et de larmes »

Un livre paru il y a une trentaine d’années, mais qui n’a pas perdu de son intérêt : non pas un roman mais une autobiographie. La formation et l’itinéraire ( de 1957 à 1962 ) d’une jeune fille, issue d’une famille communiste, heureuse de vivre, jouissant du soleil et de la mer avec amies et soupirants; mais dans la montée des périls elle s’engage, rencontre Jean-Jacques Susini et, devenue sa compagne, joue un rôle non négligeable dans l’aventure de l’O.A.S. Le style clair, sans fioritures, d’une simplicité de bon aloi, nous ramène à ces années décisives, nous redit craintes et espoirs, actions et réactions, pour finir la tristesse inguérissable de la séparation avec une terre tant aimée.

Ed. Robert Laffont 1982.

Anne-Marie Greminger.

Irving W. : « Contes de l’Alhambra » N°Inv.2241

Livre écrit en 1832 quand l’auteur, écrivain et diplomate américain, hispanophone, résidait dans l’Alhambra avec l’accord du gouverneur de Grenade qui était capitaine général et du gouverneur de ce palais, ancien militaire.

Ce livre est le plus poétique des guides à lire avant et après la visite du palais mais aussi, pour les cinquante première pages pendant cette visite. Notons aussi l’intérêt du voyage d’arrivée à travers une Espagne aride et souvent misérable.

Traduit en plusieurs langues dès sa première édition en 1832 elle est ornée de 32 reproductions pleine page de gravures du XIXe siècle.

Ed. Miguel Sanchez, Grenade 1994.

Pierre Vialettes.

Gueydan Jean : « Feu les grands hommes des villages d’Algérie » N°Inv. 2236

Jean Gueydan, dont vous avez eu l’occasion d’apprécier quelques conférences le jeudi après-midi dans notre local, vient d’y déposer ce fascicule de 56 pages en A4, résultat de ses recherches sur l’origine des noms des villes, villages, bordjs et forts de l’Algérie française. Excluant les noms antérieurs à la colonisation française, l’auteur recherche les lieux évoquant un patronyme et donne quelques indications biographiques sur ce nom : anciens gouverneurs généraux, officiers renommés, hommes de lettres, de sciences, économistes, philosophes et peintres. Mais certains noms viennent parfois aussi du lieu d’origine des premiers habitants du village qui peut-être deviendra ville ( exemple : Cefalo ou Vezoul-Bénian ) ou encore du patronyme de son fondateur ( exemple : Dolusville ).

Le desir de l’auteur est ( je Cite ) « d’empêcher de s’éteindre Ie souvenir de noms qui. rappellent l’oeuvre de la France et la transformation des pays barbaresques.en un pays unifié et prospère». L’ensemble est une une remarquable leçon d’Histoire.

Madeleine Vialettes.

Nous groupons ci-dessous sous le thème « Littérature » quelques titres issus du don de P. Sanchez.

Bron Albert : « Analectes ; poésies » N°Inv.2223.

Morceaux choisis de poèmes de l’auteur traitant de l’école, de la guerre, des amours, de l’exode.

Ed. CCC pour Causse Montpellier 1978.

Bron Albert : « Analectes ; prose » N°Inv.2222

Au travers de ses lettres, de ses écrits et de ses pensées, l’auteur se livre, dévoile son être le plus intime. Il raconte sa vie comme soldat, comme professeur. Il disserte sur la vie, l’amour, le bien, le mal, la mort. Livre très bien écrit quoique un peu égotiste.

Ed. CCC pour Causse Montpellier 1978.

Arnaudies Fernand : « Le chemin des berges et des vignes » poèmes N°Inv.2221

Petits poèmes inspirés par les fleurs, les insectes, les paysages du sud de la France.

Ed. Jyl pour l’Atlanthrope Perpignan 1979.

Paul Martz.

Note : De ce même auteur, ancien président du «Comité du vieil Alger» : 3 livres sur Alger en rayon.

Kalfon Charles : « Contes et poésies de chez nous » N°Inv.2246

Une première partie « Nostalgies et sourires de chez nous » est consacrée à l’Algérie; une seconde « Heurs et pleurs d’occitan» est joliment réservée à la Provence. En troisième partie « ris et sourires » sont des contes et des écrits qui ne manquent pas d’humour. Une bonne culture classique donne beaucoup de tenue à l’ensemble.

Ed. C.E.L. Montpellier 1978.

Hollender Jean-Pierre : « Evénements » ( illustration Nadine Martinez ) N°Inv.2247

La couverture illustrée d’éclaboussures de sang et l’exergue « des mots, des phrases, des pleurs, de la honte » font prévoir la dureté de ce recueil. Les poèmes, du premier novembre 1954 à l’exode mettent en évidence les dates les plus marquantes. Les mots claquent.

Ed. Africa Nostra Montpellier 1981.

Georges Lucienne-Grace : « C’était notre terre » (Illustration Evelyne Devesa) N°inv.2249

Un choix de poèmes et de proses, paysages radieux, souvenirs heureux, amers ou douloureux tous les sujets sont abordés jusqu’à l’exode. L. G. Georges était céramiste, sa délicatesse se retrouve dans son œuvre littéraire.

Imp. Gerfaud Blain 1977.

Duchene Ferdinand : « Siroco; la fièvre algérienne » N°Inv.2283

F. Duchéne (1868-1956 ) a été administrateur en Kabylie. Ses romans sont des romans de mœurs. Dans celui-ci, lors d’une séance de bienvenue un jeune fonctionnaire arrivant de Métropole découvre chaque personnage et chacun est le portrait type d’un français d’Algérie. Le roman sert de lien pour voir vivre la communauté européenne et indigène de Sainte Lucie petit village de Kabylie.

De cet auteur, sont déjà en rayon; «Thamil’la », « Le berger d’Afkadou », « Le roman du Meddah », « Kamir », « Au pas lent des caravanes », « Mouna, cachir et couscous ».

Ed, Baconnier Alger 1946.

Bernardet G., Vaillard P.J., Vebel C. :  « Les bavardages des trois baudets » N°Inv.2248

Poèmes, chansons, fantaisies et sketchs créés sur la scène du théâtre « des trois baudets ». Textes humoristiques sans prétention sinon de faire rire en faisant parfois les ânes.

Ed. sans nom, ni date.

Madeleine Vialettes