La bibliothèque Madeleine Vialettes

Enseignants, Étudiants et Chercheurs…

Notre bibliothèque met à votre disposition plus de 2000 ouvrages. Tous spécifiques de l’Histoire, de la Géographie, de l’Économie, de la Sociologie, de la Littérature et de l’Art, de l’Afrique du Nord.

Service de consultation et de prêt ouvert* chaque jeudi de 14 h à 18 h,
10, rue Bourgelat 69002 LYON (Métro Ampère).

Le Cercle Algérianiste de Lyon, une association culturelle des Français d’Afrique du nord et de leurs amis.

* : Ouvert du 1er jeudi d’octobre au dernier jeudi de juin, excepté jours fériés et vacances universitaires.

Livres à la disposition des lecteurs

Périodiques également disponibles

Bibliothèque du Cercle Algérianiste de Lyon

Accès, Horaires, et Conditions d’adhésion

Un local rénové, mis à notre disposition tous les jeudis après midi par la Mairie du deuxième arrondissement de Lyon, permet de pratiquer l’une des activités essentielles de notre Cercle : la mise à la disposition de ses lecteurs d’un choix de livres répondant à leur désir de garder en mémoire ou d’approfondir tous les sujets ayant trait à l’histoire de l’Afrique du Nord, depuis les temps les plus anciens jusqu’en 1962, ceci dans les domaines les plus variés : histoire, géographie, économie, littérature, traditions, religions, arts. Un dépôt sur l’Indochine a été effectué. Plus de 1500 livres, de très nombreuses revues et journaux anciens ou actuels sont à votre disposition.

Situation – Accès : au n° 10 de la rue Bourgelat ( porte vitrée avant celle en bois )
A égale distance des parkings Perrache et Bellecour

  • Métro ligne A, station Ampère
  • Tram. T1 et T2, arrêt Perrache
  • Bus selon votre domicile..

Durée du prêt : Cette bibliothèque amicale, est une bibliothèque de prêt. Les participants peuvent emprunter quatre livres et une revue pour deux mois.

Conditions pour être lecteurs emprunteurs :

Tout adhérent du Cercle Algérianiste de Lyon l’est sans participation supplémentaire à la cotisation payée en début d’année pour l’inscription au Cercle.

Peuvent s’inscrire comme lecteurs-emprunteurs, sans faire partie du Cercle de Lyon mais sous condition d’avoir réglé une participation de 16 Euros par année calendaire :

Les adhérents à un autre Cercle Algérianiste.

  • Toute personne parrainée (c’est à dire présentée par un membre du Cercle Algérianiste de Lyon).
  • Les adhérents d’une autre association agréée par notre Conseil d’Administration.
  • Les Enseignants et Chercheurs Universitaires. Les titulaires d’une carte de Bibliothèque Universitaire.
  • Les étudiants sur présentation de leur carte d’étudiants. (leur participation est de 5 Euros par année universitaire, une caution de la valeur des livres empruntés est demandée, elle est restituée au retour des livres).

La bibliothèque du Cercle de Lyon a acquis une notoriété certaine tant auprès des autres Cercles que dans les milieux universitaires, il était indispensable qu’elle puisse continuer de vivre. Sur ce point, nous tenons à exprimer nos plus vifs remerciements à la Mairie du 2ème arrondissement de Lyon à qui nous devons cette renaissance.

Convention avec le SUDOC

Dans le courant de l’année 2013, le Cercle algérianiste de Lyon a été contacté par l’université Lyon-3 pour le repérage et le signalement des collections de périodiques dans notre association.

Ont pu être identifiés 32 titres de périodiques détenus par la bibliothèque du Cercle algérianiste de Lyon. Toutes les données bibliographiques concernant ces périodiques ont été transmis au SUDOC*.

Ceci fait l’objet d’une convention portant uniquement sur les collections de périodiques du Cercle algérianiste de Lyon..

*SUDOC = Système Universitaire de Documentation, géré par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES).

Vers le site Internet du SUDOC

La Bibliothèque du Cercle Algérianiste de Lyon porte le nom de Madeleine Vialettes

Un dernier texte lui rend hommage : celui de Bernard Desrousseaux.

“Madeleine, nous l’avons bien connue à Alger en 1950, (elle était encore Madeleine Dandville), quand un groupe de Jeunes célibataires métropolitains, ingénieurs pour la plupart, vinrent équiper l’Algérie. C’est ainsi, qu’en 1950, à Noël, nous avons fait avec Madeleine, un voyage à El Oued (avec son sable fin et ses coupoles caractéristiques), et à Pâques, un voyage dans les Aurès, là où 3 ans plus tard, la rébellion débuta par l’assassinat d’un instituteur et d’un caïd.

En 1950, dans ces Aurès, les petits berbères nous récitaient impeccablement, le monologue d’Harpagon … C’était l’Algérie heureuse, alors à son apogée.

Évidemment, il y eut des mariages, nous en 1951, Pierre et Madeleine en 1952. Nous avons fêté respectivement nos noces de diamant, en 2011 et 2012.

Il y eut des journées heureuses, plage et soleil, avec les amis Capber, nos voisins de palier … et les enfants arrivèrent, trois chez Madeleine et Pierre, quatre chez nous (nous étions alors à Oran).

1962, drame de l’exode général, brutal, inattendu.

Tous dispersés en France. A Bordeaux, nous retrouvâmes la trace de Madeleine et Pierre, alors à Angoulême. Puis surprise, ils étaient à Rouen quand nous y arrivâmes. Pendant trois ans, nos fils furent scouts ensemble …. Pierre transforma une vieille maison normande en maison moderne. Le tour de France continua. Quand nous sommes arrivés à Lyon, Pierre et Madeleine étaient là. Pierre pût aménager au goût de Madeleine, un appartement très lyonnais, au bord du Rhône.

Bonheur de nous retrouver au Cercle Algérianiste où Pierre et Madeleine étaient très actifs, et mieux que moi, certains diront l’œuvre de Madeleine qui avec son sens de l’organisation et son intelligence, et avec l’aide de Pierre, créa cette banque de la mémoire, qui sans elle, n’aurait pas existé. Elle pourrait s’appeler « Bibliothèque Madeleine Vialettes ».

Merci Madeleine. Adieu Madeleine. Dans la tristesse de la séparation, nous sommes heureux de vous avoir connue. Que Dieu vous garde.

Le jeudi 13 mars 2015. Bernard Desrousseaux.”