jan 172012
 
Nouveau :

Nous avons en rayon deux DVD,  contenant des livres sur l’Algérie ancienne. Il s’agit de documents Internet.

Dans l’un des DVD, les livres sont classés suivant les rubriques: Annales, Divers, Documents, Essais, Gsell, Histoire, Religion, Revue africaine, Sahara. Les documents sont disponible en format PDF.

Dans l’autre, on trouve uniquement des livres d’Histoire avec, en accompagnement, des feuillets  présentant un résumé de chacun des ouvrages, également en format PDF.

Le Cercle Algérianiste de Grenoble a eu l’excellente idée d’exécuter en fascicules A4 des reprographies de livres anciens. Le choix de nos achats a été dicté par le désir de compléter nos ouvrages déjà en rayon sur l’esclavage dont étaient victimes les chrétiens, thème occulté par les historiens d’aujourd’hui soucieux de ménager des susceptibilités.

Joseph Dumont Quesné – « Histoire de l’esclavage en Afrique; Pierre-Joseph Dumont esclave pendant  34 ans à montagne Félix entre Oran et Alger »
(N° inventaire 2101) :

L’ouvrage écrit par Quesné est la transcription exacte des dires de Pierre-Joseph Dumont à son retour en France après 34 ans d’esclavage, conséquence d’un naufrage sur la côte d’Afrique du Nord en 1781. Le récit de cet ancien esclave, libéré en 1816 par Lord Exmouth, exprime l’ambiance, les travaux, les souffrances endurés sans que l’auteur ait eu à y ajouter ses réflexions personnelles (seconde édition chez Pillet-ainé imprimeur- éditeur à Paris en 1819, reprographie).

Azuni Domenico Alberto – « Recherches pour servir à l’histoire de la piraterie avec un précis des moyens propres à l’extirpation des pirates barbaresques »
(N° inventaire 2102) :

L’auteur, italien, est spécialiste de Droit Maritime. Son but : « supprimer la détresse du Commerce et de la Navigation en Méditerranée ». Pour expliquer cette détresse, il remonte à la piraterie antique, moyenâgeuse puis barbaresque, car si la piraterie semble normale tant que la propriété n’existe pas, si elle devient honorable par ce qu’elle demande courage et force, plus tard la civilisation la discrédite distinguant le corsaire agissant pour le droit, du pirate hors la loi. Domenico Alberto Azuni suggère aux européens de s’unir pour prendre Alger. (Ed.1816). (reprographie).

Sicard Charles – « Mémoire sur les Etats Barbaresques » (N° inventaire 2103) :

Comme Domenico Alberto Azuni , Charles Sicard est spécialiste de Droit Maritime. Nommé Consul Général de Russie à Livourne il est à même de recueillir tous les renseignements sur les actes de violence des Barbaresques à l‘égard des Européens. Il dresse alors ce mémoire pour attirer l’attention des autorités sur les affronts de la part des pirates barbaresques pillant les côtes méditerranéennes. L’Europe ne doit pas se résigner. Il dresse un magistral tableau de l’expansion de cette piraterie malgré les demi-succès des états européens qui tentent de la détruire. Prônant le développement du commerce pour la paix entre les hommes il insiste lui aussi, comme Domenico Alberto Azuni, pour obtenir que disparaissent les dissensions qui empêchent toutes décisions communes aux états Européens (Ed.Marseille, Antoine Ricard imprimeur du Roi, de la Ville et de la Préfecture 1819, reprographie).

Devoulx Albert – « Archives du Consulat de France à Alger » (N° inventaire 2107) :

« Recueil de documents inédits concernant  les relations politiques de la France et les rapports commerciaux de Marseille avec l’ancienne Régence d’Alger. »

Ce sous-titre est celui de l’auteur lui-même. Il nous fait craindre un recueil fastidieux, il n’en est rien. Albert Devoulx se trouvait sur l’un des bateaux de la prise d’Alger. C’est lui qui a récupéré et traduit le « registre des prises maritime » que tenait la régence turque. Ce recueil de documents, mieux qu’une énumération, remet les pièces citées dans le contexte de leur époque : Les soucis causés par les actes de piraterie sont les mêmes que dans les trois livres ci-dessus (Marseille 1863, reprographie).

Lasnaveres – « De l’impossibilité de fonder des colonies européennes en Algérie » (N° inventaire 2106) :

L’auteur s’adresse directement à Napoléon III. Remarquons d’abord cette date : 1866, c’est l’époque où le Second Empire passe pour l’Algérie, d’un régime militaire à un régime libéral. Présent en Algérie de 1838 à 1840, ce chirurgien de la marine recommande l’avantage d’un régime militaire «seul moyen de conduire … un peuple aussi ingouvernable». Un sénatus-consulte de 1865 offre une option aux indigènes d’Algérie :  accéder à la citoyenneté française à condition d’abandonner leur statut religieux; peu acceptent. Cette date charnière de la conception de la colonisation justifie les réflexions empreintes d’humour de Lasnaveres, humour permis par de solides connaissances historiques sur la présence des Maures en Espagne, sur l’état de santé des colons, et sur l’influence de la religion dans le gouvernement des peuples. Comme Sicard Charles et Domenico Alberto Azuni (voir plus haut) il insiste sur les expéditions des Chrétiens contre les Maures à partir du XVIème siècle. De nombreux chapitres semblent sortir de son sujet mais il y revient toujours prudemment (Ed. Paris Thunot & Cie 1866, reprographie).

Bernard Albert – « Trois ans chez Bigeard, ambiance » (N° inventaire 2108) :

Ce sont les souvenirs personnels de l’auteur qui était « Radio première classe » au 3ème RPC de 1955 à 1958. Ses qualités humaines tiennent, dit-il, à ces trois ans de «bigeardisme» Albert Bernard a su décrire l’ambiance qui régnait au sein de ce régiment commandé par Bigeard dont il retrace les principales opérations : Timimoun, Sirocco, la bataille d’Alger. En 1958, le contrat d’Albert Bernard prend fin. Il consacre la 2ème partie de son livre à la vie des français d’Algérie, et la sienne, de 1958 à 1962. La 3ème partie raconte son retour en France. Dans les annexes, des textes inédits de Bigeard, du capitaine Florès et du capitaine (devenu colonel) Claude Douceur, des pages issues des archives du 3ème RPC assorties de cartes et quelques pages d’histoire. Ces annexes et une bonne bibliographie ajoutent à l’intérêt du livre (Ed. LBM Paris 2012).

Cattet Serge – « La tourmente 1830-1964, la France en Afrique du Nord » (N° inventaire 2109) :

Les aspects historique et les témoignages font de ce livre un document irremplaçable malgré les ouvrages déjà en rayon traitant des difficultés de la conquête et de la naissance du nationalisme jusqu’au drame de Sétif en 1945. Cet ouvrage présente le grand avantage d’avoir été écrit par un historien agrégé d’histoire et de géographie. Serge Cattet fait son service militaire de 1959 à 1962, en 1960 il rejoint le 2eme bataillon du 22eme régiment d‘ infanterie de marine dans le secteur de Marnia en Oranie. Une préface de Maurice Faivre valorise ce livre «qui met en lumière le refus de la médisance» traitant en parallèle l’Histoire et la Mémoire de la guerre d’Algérie. Les témoignages des participants à ce conflit occupent deux tiers de l’ouvrage. Aucun n’est anonyme et tous précisent les lieux de l’action et les régiments d’appartenance. Pour une réconciliation entre la France et l’Algérie l’auteur conclut : « pour ce faire, il faut être deux ». L’ensemble est illustré de plus de 500 photographies, Ed. L.B.M. Paris 2010).

N’oubliez pas les revues…

Les numéros de « Secours de France » comportent d’importantes notes  de lecture et celui de Noël un texte sur les chrétiens d’Egypte et un autre de Daniel Lefebvre sur l’impossible travail historique « France Algérie ». Le dernier Bulletin des S.A. S. contient des témoignages d’officiers S.A.S. et surtout « L’Histoire d’une famille de Pieds-Noirs », à lire et à faire lire. « Mémoire Plurielle » présente, entre autres, dans son numéro de septembre, un article d’Alain Amato : « Coulis d’encre sur macédoine de cartes postales », textes envoyés entre 1900 et 1915 par ceux qui découvrent l’Algérie, ouvrage aussi instructif que drôle…

 Publié par à 15 h 12 min

 Laisser un commentaire

(requis)

(requis)